Quels éléments prendre en compte pour évaluer le coût de la construction de votre maison ?

« Quels éléments prendre en compte pour évaluer le coût de la construction de ma maison ? » … Voici une question que tout un chacun se pose lors de son premier projet de construction. Plusieurs paramètres influent sur l’enveloppe budgétaire globale de votre construction : vos différents choix et préférences en termes d’architecture, de matériaux, de localisation géographique correspondent à chaque fois à des coûts spécifiques. Voici les différentes variables à prendre en compte et sur lesquelles jouer pour évaluer le coût de la construction de votre maison individuelle :

1. Le style architectural 

  • Parce qu’elle présente une structure générique simple et reproductible, une maison de style « classique » coûte moins cher à construire qu’une maison de style contemporain ou moderne. 
  • A contrario, une maison de style « contemporain » peut présenter plusieurs variations architecturales qui peuvent faire augmenter le coût de construction. Le choix d’un toit plat par exemple, que l’on retrouve très souvent dans le style contemporain, sera bien plus élevé que celui d’un toit en pente : en effet, qui dit « toit plat » dit hauteur de murs plus élevée, et donc aussi une quantité de crépis plus importante, et un travail sur l’étanchéité plus conséquent. 
  • Qu’il s’agisse d’une maison contemporaine, moderne ou écologique, certains choix esthétiques tels qu’un débord de toit plus important que la norme de 20 cm, ou encore le recours à de très larges et hautes baies vitrées, ou l’usage de matériaux onéreux, peut faire varier du simple au double l’enveloppe du budget de la construction même. La forme de la maison influera aussi sur le prix : une configuration rectangulaire est moins onéreuse qu’un plan en L, tout simplement parce que, pour une même surface, une maison rectangulaire aura un périmètre moins grand qu’une maison en L, avec de facto une réduction des coûts d’isolation, d’enduits, etc.

2. Le type de matériaux utilisés

La brique un matériau qui offre un excellent rapport qualité prix et s’adapte à tous les types et styles de constructions. Le parpaing est aujourd’hui le matériau le plus utilisé en raison des nombreux avantages qu’il présente : un faible prix et une excellente résistance aux intempéries, en plus d’être incombustible. Enfin, le bois est un matériau très en vogue pour des raisons à la fois écologiques et architecturales, mais son coût reste nettement plus élevé que celui de la brique ou du parpaing. Ainsi, le type de matériau utilisé constitue une variable de poids dans l’évaluation du coût de la construction.(Les matériaux innovants)

3. Le degré des finitions et aménagements à la livraison

L’équipement et la décoration d’une maison peuvent faire varier considérablement le prix de votre maison, selon que vous équipez et meublez votre intérieur avec des pièces d’artisans créateurs, selon aussi le type de revêtement que vous posez sur les murs (qualités et propriétés particulières d’une peinture, type de tapisserie, etc.)

  • Vous pouvez aussi décider d’aménager progressivement votre maison, et dans ce cas le prix total de votre maison ne peut être évalué que sur le moyen terme. 
  • Il en va de même pour les aménagements extérieurs : vous pouvez par exemple avoir pour projet de construire une piscine dans un avenir proche ou lointain, auquel cas le coût de construction se limitera dans un premier temps à la création du réseau nécessaire pour que l’installation future soit simple et rapide.

4. Le terrain 

Quelle est l’ampleur des travaux à effectuer avant de pouvoir construire ? 

  • En effet, la nature et l’état du terrain nécessitent un travail plus ou moins important (Bien choisir son terrain à bâtir) : par exemple, un terrain très pendu implique des travaux de terrassement et de maçonnerie pour la création d’une dalle. 
  • Par ailleurs, selon la topologie, il faut compter des frais pour viabiliser un terrain localisé dans un espace desservi par les différents réseaux. Ceux-ci sont multipliés par deux, voire trois, si vous décidez de construire dans un espace reculé et isolé des réseaux.
  • Pensez aussi que le prix du terrain varie selon la région dans laquelle vous voulez installer votre projet de construction, et selon les territoires au sein d’une même région. En Ile-de-France par exemple, l’achat du terrain représente environ 47% de l’enveloppe budgétaire totale d’un projet de construction. En province, ce pourcentage oscille de 25 à 30 %. 

5. D’autres frais doivent être inclus dans votre enveloppe budgétaire totale

Par exemple, les droits de mutation : au moment de l’achat, votre notaire perçoit des taxes dites « de mutation ». A remarquer qu’elles sont moins élevées dans le neuf, de l’ordre de 2,7 à 3,7 %, que dans l’ancien, où elles atteignent 7 à 8% du montant total de l’achat. Il faut aussi comptabiliser le coût du raccordement aux différents réseaux (gaz, électricité, eau), l’étude du sol, et les coûts d’assainissement du terrain dans le cas où il ne serait pas vendu viabilisé.

Une diversité de paramètres influent sur le coût total de votre construction : d’un choix esthétique à l’autre, d’un choix d’emplacement à l’autre, d’un choix de matériau à l’autre … L’analyse fouillée de ces différents paramètres nécessite une connaissance approfondie de chaque domaine. Elle doit permettre d’optimiser chaque poste de dépense pour réaliser votre projet de vie sur-mesure en respectant votre budget : c’est là tout le rôle de conseil et d’accompagnement de votre constructeur.

Laisser un commentaire

Fermer le menu