Quelle source de chauffage pour sa maison ?

Quelle est la meilleure source de chauffage pour votre maison individuelle ? … C’est celle qui vous correspond ! Selon votre situation géographique (zone rurale isolée, centre-ville, etc.), selon votre sensibilité écologique (sources d’énergies innovantes), selon votre budget (certaines installations et sources d’énergies sont couteuses), il n’y a que des réponses sur-mesure. Gaz naturel, fioul domestique, gaz propane, bois, électricité, énergie solaire ou géo-thermique … On vous parle des atouts et des limites écologiques et économiques des différentes manières de chauffer votre maison.

Tout système de chauffage consomme de l’énergie sous une forme et la restitue sous forme de chaleur. Selon la source d’énergie primaire sollicitée, cette production de chaleur se solde par impact environnemental plus ou moins important, et il en va de même du point de vue du coût d’acquisition de cette chaleur. Dans le domaine des nouvelles constructions de maisons individuelles, la tendance est à la recherche des installations et de source de chauffage les moins énergivores possibles : ainsi la facture baisse tout en polluant moins !

Car le chauffage de votre maison représente en moyenne 60% de votre facture énergétique ! Autant dire qu’il est important de se pencher sur le type de chauffage le plus pertinent pour votre lieu de vie, à la fois pour des raisons écologiques et économiques. La France est championne du chauffage au gaz : près de 44% du parc de logement ! Viennent ensuite l’électricité (34%), le fioul (14%) et le bois (4%). Tout système de chauffage fonctionne à partir d’une énergie primaire dont le traitement est plus ou moins impactant sur l’environnement : ainsi par exemple les énergies de source fossile (comme le fioul, le charbon, le gaz naturel), ou encore l’électricité produite dans les centrales nucléaires ou les barrages hydrauliques, ou d’autres, plus porteuses d’avenir : les énergies renouvelables, beaucoup moins impactantes pour l’environnement que les premières : le bois énergie, le solaire, la géothermie… Voici quelques repères pour vous aider dans le choix de votre type de chauffage :

Le chauffage solaire : le plus écologique et le moins cher ! La source d’énergie est gratuite (le soleil) et non polluante. Lorsqu’il est combiné à un SCC (Système de Chauffage Combiné), on peut utiliser cette même source d’énergie pour le chauffage et l’eau chaude. Seule ombre au tableau de ce candidat qui semble idéal pour votre budget et notre environnement : le faible ensoleillement de certaines régions qui rend illusoire la production d’énergie grâce aux panneaux photovoltaïques, et, pour les régions propices à ce genre de chauffage, le coût d’installation extrêmement élevé.

Le fioul domestique : si vous construisez votre maison, le choix du fioul n’est pas indiqué tant pour des raisons économiques qu’écologiques. Cette énergie fossile génère une part importante de CO2 contribuant à l’effet de serre, et sa combustion génère quand elle du SO2, à l’origine des pluies acides … On comprend que les mesures gouvernementales travaillent à mettre en place une fiscalité pour dissuader ce choix de chauffage. Par ailleurs, son prix étant indexé sur le cours du pétrole, les dépenses d’un foyer peuvent être très variables, sans compter le cout de l’installation de la chaudière.

Le gaz propane liquéfié (GPL) : peu performant d’un point de vue écologique (les réserves de cette énergie fossile sont limitées), il présente l’avantage de pouvoir approvisionner des zones géographiques non desservies par le réseau de gaz naturel. A moins que vous vous installiez en zone rurale isolée, le choix du gaz propane n’est pas des plus pertinents : l’investissement initial est fort élevé en raison du cout de l’installation d’une citerne de stockage à domicile, et, à l’usage, son cout est également très élevé : selon les données de l’ADEME (l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie), il s’agit de l’une des énergies les plus chères au kWh : 14 centimes / kWh contre 5 centimes pour le gaz naturel par exemple.

Le gaz naturel : voici un champion en termes de tarifs et de bilan écologique ! Sa combustion est de 20% de CO2 en moins par rapport au gaz propane, et cette proportion est amenée à baisser avec l’utilisation de gaz issu de la méthanisation des déchets et de la biomasse. Côté tarifs, le cout du raccordement au réseau est moins élevé que celui de l’installation d’une citerne, et, à l’usage, le cout du gaz naturel est 2 à 3 fois mois élevé que celui du propane.

Le bois : à la fois traditionnel et tourné vers notre avenir écologique ! Il est adapté à nombre d’équipements et installations (chaudières à bois, inserts, poêles) : il fournit une énergie propre et fait partie des systèmes les mois impactants pour l’environnement. Attention toutefois à bien vous assurer que votre bois de chauffage est certifié « NF bois de chauffage » : c’est une garantie que le bois coupé respecte de rythme de renouvellement du parc forestier : autrement dit, que chaque arbre coupé est remplacé par un nouvel arbre. Et pour que sa combustion génère un minimum de polluants (particules fines, monoxyde de carbone, oxyde d’azote), l’investissement dans un équipement neuf est conseillé ! Au niveau de l’usage, le tarif du bois est beaucoup moins élevé que pour le gaz naturel (1,5 fois) et le fioul (2,5 fois).

La géothermie : la chaleur du sous-sol est captée par un système qui permet de la redistribuer dans toute la maison. A la fois économique et écologique, voici le chauffage idéal des constructions neuves ! Les travaux nécessaires à l’installation du système en géothermie exigent  cependant une surface importante et sont plus onéreux que les autres systèmes.

L’électricité : la plus chère du marché au kWh (14 cts), et pourtant la plus utilisée en France : 35% des foyers français se chauffent à l’électricité. Voici le type de chauffage qui s’adapte à une diversité d’espaces, y compris aux tous petits tels les studio. Le cout d’utilisation est aujourd’hui mieux maitrisé grâce aux progrès techniques des appareils de chauffage tels les radiateurs, convecteurs et radiants : thermostats programmables, réflecteurs de chaleur (qui dirigent la chaleur vers l’intérieur d’une pièce), radiateurs à accumulation (qui stockent la chaleur pendant les heures creuses, permettant ainsi d’alléger la facture …).

La pompe à chaleur aéro-thermique : on explore ici une autre source d’énergie : les calories de l’air ! Celles-ci sont récupérées et ré-injectées dans la maison. Très écologique, la pompe à chaleur thermique est idéale pour les zones géographiques au climat modéré, peu soumises aux grands froids.

Plus ou moins impactants pour l’environnement, plus ou moins couteux dans leur usage, les différents types de chauffage présentent chacun des atouts et des limites relatives à votre projet d’habitation : surface, localisation géographique, raccordement aux réseaux, budget, sensibilité aux enjeux écologiques … Tout comme le style de votre maison, le type de chauffage idéal, c’est celui qui vous correspond.

Laisser un commentaire

Fermer le menu