Les astuces pour bien choisir son terrain à bâtir

A chaque projet de vie son type de maison, et à chaque type de maison son terrain sur-mesure !  Tout comme l’architecture, le design, l’agencement de l’espace intérieur ou l’orientation de la construction, le choix de votre  terrain –  en termes de localisation, de topologie et d’emplacement -, est intimement lié à votre mode de vie : votre terrain, tout comme votre maison, est forcément sur-mesure ! Voici quelques quelques questions clés qui peuvent vous aider à faire le bon choix :

Première chose, fondamentale : faites travailler votre imagination … Visualisez-vous dans l’espace de votre projet de vie. Etes-vous amateur de grands espaces verts ? ou plutôt de la densité des zones urbaines ? Votre terrain est sur-mesure … à la mesure de votre projet de vie : est-ce important pour vous de vivre proche de votre lieu de travail ? avez-vous besoin de grands espaces autour de votre maison pour vos enfants ? Si le désir d’un paysage verdoyant à perte de vue est votre critère numéro un, alors mieux vaut choisir une localisation en zone rurale : le coût des transports pour rejoindre votre lieu de travail sera plus élevé mais celui de vos impôts locaux, tout comme le prix de votre terrain, sera moindre qu’en centre urbain ou zone périurbaine. Comme l’architecture de votre construction, les critères qui président à votre choix doivent être définis en fonction de votre mode de vie : si vous travaillez à domicile, si vous êtes adepte des balades dans la nature, si vous êtes libres de contraintes familiales, alors la localisation rurale pourra vous convenir. Visualisez votre vie quotidienne dans l’espace : la projection de vos habitudes de vie, de vos déplacements à partir de votre votre maison est tout aussi importante que la projection 2D ou 3D de votre intérieur ! Cependant, que vous soyez amoureux du milieu urbain ou rural, choisissez un terrain bien desservi au niveau routier (proche autoroute ou nationale).

Ensuite, faites l’expérience du terrain dans différents contextes : prenez votre temps. Retourner voir le terrain plusieurs fois, à différentes heures de la journée, en semaine, le week-end : vous pourrez mesurer l’impact de l’ensoleillement, de la circulation, le comportement du voisinage, etc. Mais aussi le paysage par temps de pluie, d’orage, etc. Si le terrain de vos rêves est proche d’une voie ferrée, vous rendre sur le lieu à différents moments de la journée vous permet de vérifier que le trafic n’entraîne pas de nuisance sonore invalidante aux moments de la journée où vous serez chez vous. Il en va de même pour les couloirs aériens (la DGAC peut vous renseigner sur la carte aérienne), ou encore pour les axes routiers : la proximité de votre terrain d’un carrefour routier, rond point, feu rouge, est propice aux nuisances sonores.

Vérifiez l’adéquation de vos envies esthétiques avec la règlementation locale. Le terrain idéal est celui qui vous permet de porter le projet architectural, le style de maison dont vous rêvez … Et pour cela, veillez bien à vérifier que vos envies soient compatibles avec le PLU (Plan Local d’Urbanisme). Votre maison doit respecter des règles de construction propres au patrimoine culturel et architectural de chaque commune : hauteur maximale, types d’ouvertures (fenêtres, volets, …), matériaux autorisés, occupation maximale des sols (COS), distances par rapport aux limites du terrain… Si le terrain que vous souhaitez acquérir se trouve sur une parcelle référencée dans un Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur, les règles d’urbanisme sont très strictes, et votre projet de construction sera soumis à validation par un Architecte des Bâtiments de France.

Analysez l’environnement du terrain. Si vous achetez un terrain situé dans un espace de terrains vierges constructibles, le PLU vous renseignera sur le type de construction autorisées alentours, comme des barres HLM, ou des usines. La végétation alentour est tout aussi importante : elle vous renseigne sur les qualités et contraintes bio-climatiques du lieu : zone marécageuse, zone sèche, etc. Et l’environnement n’est pas seulement visuel : il est sonore ! Ainsi les grands lotissements sont propices aux bruits de voisinages, car en majorité investis par des familles avec enfants : à vous de voir si vous appréciez la convivialité d’un environnement sonore animé ou si vous préférez le silence des grands espaces vierges de tout voisinage.

 

Mesurez la qualité du terrain. En fonction de votre projet, certains éléments topologiques comme la pente du terrain peut s’avérer prépondérante, d’une part du point de vue des techniques de construction, d’autre part du point de vue des coûts supplémentaires pour palier à ces contraintes. La consultation du certificat d’urbanisme disponible en mairie ou à la DDE vous donnera une diversité d’informations sur la qualité du terrain, son caractère constructible : est-il situé dans une zone à risque ? un secteur protégé ? quelle est la densité de bâti autorisée ? y-at-il des contraintes esthétiques en respect du patrimoine architectural local ? Qui dit qualité dit aussi viabilité, à savoir : arrivées d’eau, raccordement aux réseaux d’électricité, de communications, accès au tout-à-l’égout … Par ailleurs, la prise en compte de la carte des risques naturels (PPRN) vous permet de vérifier que le terrain que vous convoitez n’est pas situé en zone inondable, qu’il n’est pas corrélé à de briques de glissement de terrain, terrassements, etc.

Visualisation de votre quotidien de vie, projection dans l’espace, connaissance de la réglementation locale, connaissance de l’environnement (naturel, sonore, culturel, etc.) du terrain et des qualités topographiques … : ces grands axes de réflexion sont autant d’astuces pour guider le choix de votre terrain, pour votre projet de vie. 

Laisser un commentaire

Fermer le menu