L’implantation de sa maison

Vous avez trouvé la localisation géographique et le terrain de vos rêves … place à la phase d’implantation … Une phase primordiale, starter du chantier de votre maison ! Vous avez déjà sans doute pu observer des systèmes de cordeaux fixant les contours et limites de la construction à venir sur  un chantier : reliés par des chaises d’implantation, des cordeaux matérialisent les grandes lignes du plan de votre future maison. L’objectif de ce travail est de mettre à l’épreuve du terrain ce qu’on a commencé à imaginer en plan : par une série d’ajustements, le géomètre détermine le niveau zéro (celui du futur revêtement de sol du rez-de-chaussée), l’emplacement optimal de la construction, la localisation des murs et façades, des refends et des poteaux, ainsi que le nombre de m3 de terre à prévoir pour le remblayage du terrain.

Votre maison ne peut être construite à n’importe quel endroit sur votre terrain : quelques contraintes viennent se glisser entre ce que vous imaginez et ce qu’il est possible de faire. Plusieurs paramètres imposent des contraintes spécifiques qui peuvent limiter vos envies / vos choix.

Une fois listés vos besoins (avez-vous besoin d’une vaste étendue paysagère face à votre salon, d’aménager une aire de jeux pour vos enfants, ou d’une cuisine d’été, ou encore d’une piscine ?) et vos envies en termes de styles architectural, plusieurs critères sont à prendre en compte. Forme, taille, pente, localisation, règles d’urbanisme … On fait le tour des contraintes à prendre en compte pour connaître votre marge de manœuvre dans l’implantation de votre maison :

La localisation de votre construction : vous avez décidé de construire dans une zone rurale reculée, isolée des habitations environnantes ? Ou bien tout au contraire dans un lotissement ? Dans ce dernier cas, l’implantation de votre maison sera soumise à des règles très strictes, relatives aux contraintes d’urbanisme local, elles-mêmes liées au respect du patrimoine et des paysages.

Les règles d’urbanisme : Votre construction va prendre place dans un paysage et une culture locale : construire ne se réduit pas à poser la maison de vos rêves sur un terrain. Votre maison s’inscrit dans un environnement naturel, un patrimoine architectural. Aussi, certaines règles d’implantation sont arrêtées dans le PLU (Plan Local d’Urbanisme) pour les communes disposant de documents d’urbanisme, et dans le RNU (Règlement National d’Urbanisme) pour celles n’en possédant pas.

La forme de la parcelle : les parcelles rectangulaires restreignent le champs des possibles. Dans ce cas-ci, l’implantation de votre maison ne pourra se faire qu’en profondeur : exit les maisons en forme de V sur les terrains rectangulaires ! Attention donc à ce que le style architectural qui vous plait (moderne, contemporain, traditionnel) soit compatible avec la forme de votre terrain.

La taille de la parcelle : votre liberté d’action grandit avec la taille du terrain ! Les petits terrains présentent nombre de contraintes : distance minimale à préserver par rapport au voisinage, alignement de la construction par rapport au bâti existant, et même parfois interdiction de disposer des fenêtres sur certains pans de murs afin de préserver l’intimité des habitants …

La pente de votre terrain : une pente forte constitue une très belle opportunité pour bénéficier d’une vue paysagère élargie, mais aussi une contrainte de taille pour l’implantation d’une maison. Votre marge de manœuvre sera faible. Sur un terrain à forte pente, il faut obligatoirement prévoir une rampe d’accès pour la maison … et donc bénéficier d’une profondeur de terrain.

L’exposition du terrain et la réglementation bioclimatique : parmi les nouvelles exigences de la Règlementation Thermique 2012, le choix d’une exposition optimale des pièces à vivre pour réduire l’impact en énergie de la construction est centrale. Une exposition plein sud permet de capter un maximum d’éclairage et de soleil naturel et, partant, de réduire la consommation en énergie affectée à l’éclairage et au chauffage. L’orientation des différentes pièces constitue ainsi une autre contrainte de choix dans l’implantation de votre maison. La RT 2012 impose le respect du certificat Bbio au moment du dépôt du permis de construire. Ce document présente la manière dont la disposition de ses ouvertures (fenêtres, baies, véranda, …), son exposition et la volumétrie générale permettent de répondre aux exigences de réduction de la consommation énergétique de la construction … Une contrainte supplémentaire pour décider de l’emplacement des pièces de votre maison et, partant, pour son implantation. Le choix du terrain devient alors un élément primordial pour optimiser la dimension bioclimatique de votre construction.

Les contraintes locales : les accès, le raccordement aux réseaux (électricité, eau, …), topographie, conditions climatiques (vents dominants, végétation).

 


Vous l’aurez compris, la forme et l’architecture de votre maison doivent s’adapter à la configuration de voter terrain, et non l’inverse ! Une fois le chantier ouvert, le conducteur de travaux de votre constructeur est en charge de matérialiser le tracé de votre maison par les cordeaux et chaises d’implantation après avoir vérifié le bornage du terrain … et de rendre palpable, pour la première fois, les contours du plan de votre maison.

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu